Valparaiso la bohémienne

0 No tags Permalink 10 J'adore !

Surnommée la Petite San Francisco, le joyau du Pacifique, Valpo, la cité portuaire de Valparaiso se fait connaitre des européens lors de la seconde moitié du XIXème siècle. Les marins voyageant entre les océans Atlantique et Pacifique y faisaient escale, après avoir emprunté le détroit de Magellan.

Elle est maintenant une ville connue et reconnue pour son ambiance bohémienne, son art de rue omniprésent et son centre historique déclaré patrimoine culturel de l’UNESCO depuis 2003.

 

J’ai tellement entendu parler de cette ville au cours de mon voyage, décrite comme une perle du Pacifique, colorée, rebelle, vivante, que j’en rêve depuis des semaines sans réellement savoir à quoi m’attendre. J’y arrive en bus en fin d’après-midi, trouve un hôtel où loger et pars la découvrir.

Une ville populaire accrochée à flanc de colline

Valparaiso n’a cessé de s’étendre sur le flanc des collines, au point que l’on distingue aujourd’hui deux parties bien distinctes. El Plan, la partie basse de la ville abrite la plupart des commerces, les universités, le marché central et bien entendu le célèbre port; alors que la population s’est installée sur les cerros, les collines qui dominent la ville.

Partant me promener dans ses rues sinueuses, je réalise rapidement que c’est une ville très populaire, voire pauvre. Une bonne partie des maisons ou des bâtiments sont en ruine, mais pas abandonnés. Du linge sèche au balcon, de la musique sort par les fenêtres et les enfants s’amusent dans les rues ou dans les petites cours verdoyantes. Cela a également retenu mon attention, les cours verdoyantes et cette abondance de végétation qui s’accroche à flanc de colline. Le moindre espace inhabité est envahi par des arbres et la mauvaise herbe pousse aussi rapidement que les buildings à Vina del Mar, la ville voisine.

 

Elle n’en est pas moins vivante. Les gens se retrouve à l’extérieur, dans les parcs, sur les places, à la terrasse d’un café et investissent le bord de mer où les lions de mer ont élu domicile.

Une atmosphère bohémienne pour une société inégalitaire

Valparaiso, Chili -1Comment vous parler de Valparaiso sans évoquer son ambiance bohémienne et ses rues sinueuses et colorées dans lesquelles je me perds? Errer sans but précis dans la vieille ville a été ma principale occupation pour cette raison que la ville est un musée à ciel ouvert. Ses rues pavées et étroites qui serpentent entre de vieux édifices renferment des œuvres à chaque coin de rue. Tout est peint, les bancs, les devantures des boutiques, les escaliers.

Le graffiti est sans conteste l’art le plus visible à Valpo, il est omniprésent. C’est l’une de ses principales caractéristiques. Il dénonce le plus souvent une structure sociale ultra-inégalitaire dans laquelle les riches écrasent les pauvres. L’immense inégalité des revenus de la population et l’importante concentration des richesses sont une triste réalité dans le pays. Une étude réalisée par trois économistes de l’Université du Chili entre 2004 et 2010, révèle que seulement 1% de la population se partage plus de 30% du revenu total.

Ces inégalités se ressentent particulièrement à Valparaiso, la ville se développe peu alors que sa concurrente, Vina del Mar, est en pleine explosion. C’est le  choix d’une poignée d’investisseurs qui font la pluie et le beau temps dans la région.

 

Ses héritages historiques et culturels en font une étape incontournable en voyage au Chili. Perdez-vous dans ses rues sinueuses chargées d’histoire, admirez l’océan depuis les jardins de la Sebastania, la villa de Pablo Neruda, laissez-vous porter par cette atmosphère unique.

10 J'adore !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *