Trek El Choro, de l’altiplano aux vallées tropicales des Yungas

0 No tags Permalink 13 J'adore !

Le trek El Choro est une randonnée de 3 ou 4 jours, situé entre la majestueuse Cordillère Royale et l’étouffante forêt amazonienne, qui démarre par le franchissement d’un col à 4800 mètres d’altitude, pour finir 3500 mètres plus bas, dans les vallées tropicales des Yungas. Cette ancienne voie Inca passe progressivement de l’univers minéral des montagnes des Andes à la végétation luxuriante des Yungas. En plus de la beauté et de la diversité des paysages que l’on rencontre, on y découvre aussi des ruines précolombiennes, en empruntant en plusieurs occasions d’anciens chemins pavés incas.
 
El Choro Trek, Bolivie -7AU SOMMAIRE:

Jour 1: La tête dans les nuages
Jour 2: Dans la chaleur de la forêt tropicale
Jour 3: Réveil en douceur et retour vers La Paz
Infos utiles
Carte du trek El Choro

 

Après m’être approvisionné en nourriture et équipé d’une tente, d’un tapis de sol et d’un réchaud auprès d’une agence du centre de La Paz, je pars pour trois jours de randonnée sur les traces des incas, avec pour destination finale le minuscule village de Chairo.

Jour 1: La tête dans les nuages

Le départ de la randonnée se situe au milieu de nulle part, dans le lieu-dit « La Cumbre ». Le minibus me dépose au bord de la route, entre La Paz et Corioco, et je rejoins à pied la cabane qui indique le début du trek. Je m’enregistre auprès d’un garde du parc national et obtiens par la même occasion une carte, la première que je trouve.

La randonnée commence par une courte ascension vers le col, je suis pendant une heure environ le chemin caillouteux qui serpente sur de la roche sombre, entre les plaques de neige éternelle, dans le désert de l’altiplano. Le chemin est bien balisé, facile à suivre, heureusement car en ce début de matinée je marche dans un brouillard très dense où je ne vois pas à trente mètres. C’est la tête dans les nuages que j’atteins le col et attaque une descente qui durera presque trois jours.

 

De l’autre côté du col, le décor est sensiblement le même, sombre, froid, minéral. La météo aussi, alors je marche sans me presser car l’ancienne voie inca est ici assez étroite et sinue à flanc de montagne. J’aperçois enfin le fond de la vallée que je dois suivre pour me rendre au premier campement. Demain est un jour d’élection à La Paz, je croise sur cette portion de nombreux habitants qui remontent vers la seule route qui mène à la capitale. Le vote n’est pas seulement un droit en Bolivie, mais une obligation.

 

Je traverse deux petits villages qui paraissent déserts, intimidés par la roche noire qui les entoure, où quelques paysans cultivent la terre et élèvent des troupeaux de lamas. Au fur et à mesure que je progresse sur le sentier, la vallée devient plus verte, plus vivante, et la brume se transforme progressivement en un crachin qui m’accompagnera toute la journée. Le soleil ne se sera pas montré, éclipsé par une couverture nuageuse trop épaisse, larmoyante la plus part du temps.

J’arrive en milieu d’après-midi au campement de Challapampa, humide, mais content de me décharger de mon sac et de laisser reposer mon dos.

Jour 2: Dans la chaleur de la forêt tropicale

El Choro Trek, Bolivie -6Le temps est lumineux et des rayons de soleil percent au travers de la faible brume matinale lorsque je sors la tête de ma tente. J’avale un maigre petit-déjeuner, empaquette mes affaires et me prépare à partir pour la plus longue, mais la plus belle étape du trek. Le sentier s’enfonce rapidement dans une végétation luxuriante, où les bananiers s’accrochent au flanc des collines. Dans le fond de la vallée encaissée, fil conducteur de la randonnée, une rivière claire serpente entre les rochers.

 

La grande différence de dénivelé entre le point de départ et celui d’arrivée laissait présager une longue journée de descente. Je traverse en fait la rivière à plusieurs reprises sur des ponts suspendus, et ai donc droit à des phases de montée dont la plus longue me mènera au campement de Buena Vista, à l’heure du déjeuner. Comme son nom l’indique, le panorama magnifique offre une vue imprenable sur la vallée.

 

La forêt est vivante, presque bruyante. De nombreuses cascades nourrissent la rivière principale en contre-bas, une grande diversité d’oiseaux virevoltent agilement entre les arbres, et les moustiques se régalent de mon sang. Une poignée de personnes habitent dans ces collines, isolées, à plus d’une journée de marche de la première route.

Le temps couvert et pluvieux de l’après-midi s’améliore lorsque j’arrive à Sandillani, mon deuxième et dernier bivouac. La journée a été longue, huit heures de marche où se sont alternées montées et descentes qui ont fait souffrir mes genoux et mon dos bien chargé. En guise de récompense, je campe seul dans le jardin tropical du fameux japonais qui domine la vallée. La vue est grandiose, sans aucun doute la plus belle du trek.

Jour 3: Réveil en douceur et retour vers La Paz

El Choro Trek, Bolivie -2Le soleil est au rendez-vous pour la dernière journée, et il fait déjà bon quand j’émerge et sors de ma tente. L’étape qui m’attend est courte, seulement trois heures de marche pour atteindre le minuscule village de Chairo. Je profite donc du soleil et de la vue, et me réveille en douceur. Je prépare du thé et prends mon temps pour petit-déjeuner dans le calme environnant. Des moments précieux avant de retourner dans l’enfer de la bordélique La Paz.

Je finis le trek vers midi, fatigué de cette cinquantaine de kilomètres parcourus. Il n’y a que des véhicules privés dans le village, je partage le prix du trajet pour Corioco avec un couple de français et un couple de belge accompagné d’un guide. J’y arrive une heure plus tard et rejoins la capitale en minibus dans l’après-midi.

Infos utiles

Je tiens tout d’abord à vous signaler que, malgré ce que prétendent les agences de La Paz, ce trek est facile et réalisable seul sans être accompagné d’un guide. A la Cumbre, demandez au gardien de vous indiquer le début de la randonnée et suivez le chemin jusqu’au bout, au village de Chairo.

 

Comment se rendre à la Cumbre?

Des minibus et mini-vans partent régulièrement depuis Villa Fatima, à 20 minutes du centre de La Paz, en direction de Corioco et peuvent vous déposer à la Cumbre. Dans un cas comme dans l’autre, les véhicules ne démarrent que lorsqu’ils sont complets.

  • Centre de La Paz – Villa Fatima terminal: 20 minutes, 1,5 BS en micro ou 20 BS en taxi.
  • Villa Fatima – La Cumbre: 1 heure, entre 20 et 30 BS.

La Cumbre est facilement reconnaissable car dominée par une statue blanche du Christ et située à côté d’un lac à gauche de la route.

Pendant la randonnée

Vous pouvez faire ce trek en 3 ou 4 jours, comptez entre 16 et 20 heures de marche pour venir à bout des 53 kilomètres. Il est préférable de rejoindre Chairo dans la matinée pour avoir le temps d’organiser son retour vers La Paz ou Coroico.

Il y a toutes les trois heures de marche environ des hameaux, parfois même équipés d’une zone de camping, dans lesquels vous pouvez poser votre tente et passer la nuit. On vous demandera généralement 10 BS pour camper.

Vous rencontrerez tout au long du trek la possibilité de remplir vos gourdes ou bouteilles d’eau. Pensez à prendre des pastilles purificatrices d’eau, on en trouve dans les boutiques de camping ou dans les pharmacies du centre de La Paz.

Vous devrez vous acquitter d’un droit de passage de 10 BS dans le village de Chucura, affecté à l’entretien du sentier.

Retour vers La Paz

Depuis Chairo, des véhicules privés assurent la liaison avec Coroico d’où partent des minibus pour La Paz.

  • Chairo – Coroico: entre 140 et 180 BS, à partager entre les passagers.
  • Coroico – La Paz: entre 20 et 30 BS, 3 heures de trajet, départs fréquents tout au long de la journée.

Carte du trek El Choro

El Choro Trek Map

 

13 J'adore !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *