Laguna 69 et Churup: randonnées à la journée depuis Huaraz

0 No tags Permalink 15 J'adore !

Les alpinistes et randonneurs du monde entier, prêts à s’aventurer des vallées verdoyantes aux glaciers et pics enneigés les plus majestueux, se donnent rendez-vous dans la Cordillère Blanche et font de Huaraz leur camp de base. Je vous emmène visiter deux magnifiques lacs d’altitude, la laguna 69 et Churup.

 

Chaîne de montagnes tropicale la plus haute du monde, la Cordillera Blanca se situe dans la région d’Ancash, au nord de Lima. D’une longueur de 180 km, ce massif montagneux compte 35 sommets d’une altitude supérieure à 6000 mètres. Les alpinistes et randonneurs du monde entier, prêts à s’aventurer des vallées verdoyantes aux glaciers et pics enneigés les plus majestueux, se donnent rendez-vous dans cette étendue blanche et font de Huaraz leur camp de base.

Au cœur de cette chaîne montagneuse unique se cachent plus de 260 lacs au-delà des 4000 mètres, dont la laguna Churup et la célèbre laguna 69 où des glaciers tombent directement dans ses eaux turquoises. Exceptionnelles.

Laguna Churup

C’est par la laguna Churup que je commence mon acclimatation en prévision du trek de 4 jours qui m’attend, celui de l’incontournable Santa Cruz. Le début de la randonnée est située dans le village, ou plutôt dans le hameau de Pitek. Je digére le copieux petit-déjeuner de l’alojamiento Soledad, auberge calme que je recommande vivement, et me rends à pied à l’angle des avenues Raymondi et Gamarra d’où part le colectivo.

Après plus d’une heure coincé entre deux femmes quechua à l’arriere du combi, à slalomer entre les nids de poule et les rochers de la piste, j’arrive en milieu de matinée au départ du trek. Je règle mon entrée dans le parc national de Huascaran, et m’empresse de m’attaquer au chemin caillouteux qui mène à la lagune. Malgré une fréquentation élevée, je double un gros groupe de marcheurs et parviens rapidement à m’isoler. Je retrouve le plaisir de la randonnée, surtout que la vue est splendide. J’aperçois en contre bas la ville de Huaraz perdue dans la vallée, de l’autre côté, les hautes montagnes de la Cordillera Blanca m’accompagnent le temps de l’ascension.

Deux heures et 800 mètres de dénivelé positif plus tard, la lagune de Churup apparaît, encerclée de sommets enneigés, ce qui la rend encore plus belle. Je trouve un rocher à l’écart, au bord de l’eau, et laisse le soleil me brûler le visage pendant que je pique-nique.

 

Le retour me prendra beaucoup moins de temps. J’arrive à Pitek en début d’après-midi, et décide de continuer à pied jusqu’à Llupa. Sur cette portion, le sentier est bordé par des champs et des petites maisons. Plus important, il n’y a plus aucun touriste à l’horizon. Je croise seulement quelques fermiers quechua qui travaillent dans les champs, et des vaches qui ruminent l’herbe des pâturages. Arrivé au village, j’attends une demi-heure au bord de la route avant qu’un pseudo taxi ne passe par là et me ramène à Huaraz pour 5 soles.

 

De retour à l’auberge fatigué et satisfait de cette première journée dans les Andes, je réserve un siège dans un minibus pour visiter la laguna 69 dès le lendemain.

Laguna 69

La première chose à faire avant de partir à l’attaque de la laguna 69, c’est de se rendre au point de départ, à deux heures et demi de route de Huaraz. J’ai opté pour le minibus que la réceptionniste de l’auberge a réservé pour moi la veille. Le prix est le même que celui pratiqué par les agences, comptez 40 soles pour l’aller-retour.

Le rendez-vous est fixé à 5h40 du matin devant mon hôtel, ça pique. Je suis seulement le deuxième sur la liste du chauffeur et nous voilà parti pour le tour des hôtels de la ville afin de récupérer tout le monde.

La randonnée commence par un faux plat d’une demi-heure environ où l’on remonte une rivière qui descend tout droit des glaciers, une bonne mise en jambe pour réveiller mes muscles engourdis par les trois heures de bus. Je me retrouve à marcher avec Camille et Marie, deux françaises en voyage au Pérou rencontrées dans le bus. On rentre rapidement dans le vif du sujet et ça commence à grimper plus sérieusement. Le sentier monte en lacet jusqu’à une petite lagune verte, où nous prenons une pause bien méritée. Le décor sur cette première partie est à couper le souffle, nous avons une vue sur la vallée verdoyante et sur les sommets de la cordillère.

 

La dernière partie s’avère logiquement la plus délicate, la montée devient de plus en plus raide et l’altitude commence à se faire ressentir, en particulier pour Marie. Nous prenons notre temps et faisons des pauses régulièrement. Inutile de se presser, l’important est d’arriver en haut, et on ne plaisante pas avec le mal des montagnes.

Il nous faudra presque quatre heures pour arriver au bout. La récompense vaut bien tous les efforts fournis, la lagune turquoise est sublime. Sa couleur fantasmagorique contraste avec le gris de la roche et le blanc immaculé des sommets des montagnes qui l’entourent.

 

 

Infos pratiques

  • Entrée au parc national Huascaran: 10 NS/jour ; 65 NS si vous faites le Santa Cruz Trek.
  • Huaraz – Pitek: entre 1h et 1h30 de colectivo ; 10 NS pour l’aller simple. Le colectivo part de l’angle des avenues Raymondi et Gamarra.
  • Huaraz – Laguna 69: entre 2h30 et 3h de minibus ; 40 NS pour l’aller/retour.
  • Où dormir à Huaraz? Je recommande l’Alojamiento Soledad avec dortoirs et chambres privées.

 


 

Santa Cruz Trek : 4 jours en autonomie au cœur de la Cordillère Blanche

 

15 J'adore !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *